Google voudrait répondre a votre place sur les réseaux sociaux

La présence sur les réseaux sociaux est devenue un élément incontournable de la vie des individus et se place au cœur de la stratégie marketing des entreprises. Les récentes statistiques montrent les individus passent deux heures par jour en moyenne sur les réseaux sociaux dans le monde et 1h30 en France.

Etre présent sur Facebook, Twitter ou Pinterest, Snapchat et autres réseaux sociaux est donc consommateur de temps et d’énergie. Cela requiert également de la créativité pour se démarquer de la masse et atteindre sa cible, qu’il s’agisse d’amis, clients, prospects, etc. Comment rester poli, ne pas rater l’anniversaire de votre neveu, la naissance du fils de votre ami d’enfance, la promotion de votre ex collègue, comment faire vivre une page pour inciter les clients à la suivre ?

La réponse est simple : être présent sur le réseau 100%, 24h/24, 7 jours sur 7, en tenant compte des fuseaux horaires et des localisations.

Cette idée vous décourage ? Déjà, vous n’avez pas assez de temps pour répondre à vos amis, assurer le suivi de vos annonces, poster de nouvelles photos, mettre à jour votre statut, tweeter votre réaction sur le dernier débat en vogue ou rester contributeur majeur sur Linkedin.

Qu’à cela ne tienne…Le géant américain de l’internet a une solution à ce casse-tête. Fin 2013, Google a obtenu un brevet sur une technologie d’intelligence artificielle capable d’intégrer votre style d’écriture ! Le processus se base sur une analyse approfondie de votre manière de communiquer. Votre manière de répondre à une question, d’écrire et de signer vos SMS et autres courriers électroniques. Le but est de reproduire à l’identique les réponses que vous écririez vous même !

google-intelligence

Génial ou Effrayant ? Pour parfaitement remplir sa mission, c’est à dire écrire les réponses appropriées pour vous plaire et leurrer vos interlocuteurs, ce logiciel devra vous connaître par cœur. Le système requiert donc de scruter à la loupe toutes vos données personnelles, de passer au cribles vos réactions, d’intégrer les moindres particularités de votre identité et de consolider le tout. Google assure que les réponses automatisées pourront être amendées ou ne pas être envoyées du tout. Une action de plus de votre part qui permettrait au système d’affiner encore son aptitude à vous plagier !

Mais si vous pourrez choisir cette formule, il en sera de même pour vos interfaces. Ici, qui communique avec qui ?

Vouloir rester au top de son implication virtuelle sans jamais rater un événement important en ayant son secrétaire artificiel (« un nègre robotisé ») ou privilégier de vraies relations humaines, avec ses émotions et sa spontanéité en acceptant ses limites ? Cruel dilemme !

Sachez que ce n’est qu’une étape. Google a en effet déposé un autre brevet dénommé « procédés et systèmes pour le développement de la personnalité de robots » à la fin du premier trimestre 2015. L’idée est de transférer votre personnalité et vos comportements à un robot domestique, de votre vivant ou post mortem.

Google répondra à votre place sur les réseaux sociaux

La présence sur les réseaux sociaux est devenue un élément incontournable de la vie des individus et se place au cœur de la stratégie marketing des entreprises. Les récentes statistiques montrent les individus passent deux heures par jour en moyenne sur les réseaux sociaux dans le monde et 1h30 en France.

Etre présent sur Facebook, Twitter ou Pinterest, Snapchat et autres réseaux sociaux est donc consommateur de temps et d’énergie. Cela requiert également de la créativité pour se démarquer de la masse et atteindre sa cible, qu’il s’agisse d’amis, clients, prospects, etc. Comment rester poli, ne pas rater l’anniversaire de votre neveu, la naissance du fils de votre ami d’enfance, la promotion de votre ex collègue, comment faire vivre une page pour inciter les clients à la suivre ?

La réponse est simple : être présent sur le réseau 100%, 24h/24, 7 jours sur 7, en tenant compte des fuseaux horaires et des localisations.

Cette idée vous décourage ? Déjà, vous n’avez pas assez de temps pour répondre à vos amis, assurer le suivi de vos annonces, poster de nouvelles photos, mettre à jour votre statut, tweeter votre réaction sur le dernier débat en vogue ou rester contributeur majeur sur Linkedin.

Qu’à cela ne tienne…Le géant américain de l’internet a une solution à ce casse-tête. Fin 2013, Google a obtenu un brevet sur une technologie d’intelligence artificielle capable d’intégrer votre style d’écriture ! Le processus se base sur une analyse approfondie de votre manière de communiquer. Votre manière de répondre à une question, d’écrire et de signer vos SMS et autres courriers électroniques. Le but est de reproduire à l’identique les réponses que vous écririez vous même !

Génial ou Effrayant ? Pour parfaitement remplir sa mission, c’est à dire écrire les réponses appropriées pour vous plaire et leurrer vos interlocuteurs, ce logiciel devra vous connaître par cœur. Le système requiert donc de scruter à la loupe toutes vos données personnelles, de passer au cribles vos réactions, d’intégrer les moindres particularités de votre identité et de consolider le tout. Google assure que les réponses automatisées pourront être amendées ou ne pas être envoyées du tout. Une action de plus de votre part qui permettrait au système d’affiner encore son aptitude à vous plagier !

Mais si vous pourrez choisir cette formule, il en sera de même pour vos interfaces. Ici, qui communique avec qui ?

Vouloir rester au top de son implication virtuelle sans jamais rater un événement important en ayant son secrétaire artificiel (« un nègre robotisé ») ou privilégier de vraies relations humaines, avec ses émotions et sa spontanéité en acceptant ses limites ? Cruel dilemme !

Sachez que ce n’est qu’une étape. Google a en effet déposé un autre brevet dénommé « procédés et systèmes pour le développement de la personnalité de robots » à la fin du premier trimestre 2015. L’idée est de transférer votre personnalité et vos comportements à un robot domestique, de votre vivant ou post mortem.

Pour poursuivre, voir ce reportage de france 2 sur le sujet